Maureilhan

 

Maureilhan

Une enclave de verdure rythmée par des peupliers, des cyprès et des pins centenaires d’où émergent les quatre tours d’une forteresse et le clocheton d’une église bordée par le Lirou à la végétation luxuriante, tel apparaît Maureilhan au détour du chemin.

Ce beau village languedocien, siège de la Communauté de Communes "La Domitienne", fut habité dès les temps préhistoriques. L’implantation romaine est confirmée par la présence d’une quinzaine de villas.

Le village s’est édifié sur l’emplacement d’un domaine Gallo-romain. Les Wisigoths y ont laissé leurs traces.

Les premiers écrits citant Maureilhan, remontent à l’an 804. Le château actuel du XVI ème siècle, flanqué de ses 4 imposantes tours rondes, domine le village.

Vous aimerez parcourir le cœur du village et ses ruelles étroites, nommées "androunes" en langue d’Oc.

L’une d’elles vous conduira à l’église Saint Beaudile, construite en 1838, dont le chœur décoré d’atlantes vous étonnera par son originalité.

L’église paroissiale du XIXéme siècle est la troisième église consacrée. Elle abrite les fonts baptismaux, classés monuments historiques et une très belle chaire.

Les deux hommes célèbres (Dortous de Mairan et Marie Jean Pierre Flourens) sont tous deux nés au même endroit, le domaine de la Trésorière.

Le jeune Jean Jacques Dortous voit le jour en 1678. Le jeune adolescent alla poursuivre ses études à Toulouse puis à Paris où il étudia particulièrement la géométrie et la physique.

L’académie des sciences de Paris ne tarda pas à lui ouvrir ses portes en 1719. Il en fut pendant un demi-siècle, une des gloires. Mairan vécut à Paris où il devait s’éteindre le 20 février 1771, à l’âge de 93 ans, entouré à son chevet des plus hauts personnages de la Cour.

Le 24 germinal An II - 13 avril 1794- Marie Jean Pierre Flourens voit le jour. Ses parents l’envoyèrent étudier la médecine à Montpellier ou l’école - on ne disait pas encore faculté - était depuis longtemps célèbre. Trois ans plus tard, à 19 ans, Flourens obtenait le diplôme de docteur en médecine. Flourens, l’enfant du biterrois, "monta" à Paris.

On comprend que par ses succès dans la recherche scientifique et par ses talents d’écrivain, Flourens ait eu l’honneur d’appartenir à la fois a l’Académie des Sciences et à l’Académie Française. en 1838 il fut élu député de l’Hérault, pour l’arrondissement de Béziers. Plus tard, en 1864 il fut conseiller municipal de Paris, après avoir été nommé Pair de France en 1846 et fait commandeur de la Légion d’honneur en 1845.

Contraint par la maladie à une retraite forcée, il mourut près de Paris à Montjeron le 6 octobre 1867 à l’âge de 72 ans. Sa tombe, au Père-Lachaise, selon sa volonté, ne porte que cette simple inscription "Pierre Jean Marie Flourens physiologiste".


Agrandir le plan


Newsletter
Agenda des sorties
Recettes d'eau