Pêche à la canne télescopique et à emmanchement

 


Les cannes :


Il existe deux grands types de cannes à coup :

JPEG - 147.9 ko
Cannes
Les cannes télescopiques que l’on déplie en emboitant les différents éléments par télescopage.

Elles présentent l’avantage d’être très peu encombrantes et de pouvoir y laisser une ligne montée en permanence.

Par contre dés que le vent souffle, la longueur de la ligne aussi longue que la canne devient un lourd handicap pour le contrôle de celle-ci.

PNG - 16.5 ko
Canne à emmanchements
Les cannes à emmanchements inversés qui sont des cannes formées de différents éléments que l’on emboite les uns dans les autres.

L’avantage de ces cannes est de pouvoir régler leur longueur et celle de la ligne en fonction des conditions de pêche du moment.

Cela devient très utile les jours de vent ou lorsque la profondeur du coup à pêcher n’est pas aussi importante que la longueur de la canne.

Ce sont les cannes qui sont les plus longues (jusqu’à 18.50 mètres).


Corps de ligne / Bas de ligne :


PNG - 109.6 ko
Portance du flotteur
Le corps de ligne représente la partie du nylon de la ligne au coup qui porte le flotteur et la majorité de la plombée.

Il faut que son diamètre soit adapté au poids de la ligne et au poisson recherché.

Le bas de ligne est la partie basse de la ligne. Il est constitué avec un nylon d’un diamètre inférieur à celui du corps de ligne. En cas d’accrochage, on ne perd que le bas de ligne.

Le nylon choisi sera le plus souple possible car, de cette manière, l’esche sera présentée de manière presque naturelle.


Les flotteurs :


PNG - 96.2 ko
Flotteurs
En action de pêche, le flotteur est la seule partie visible du montage. C’est un élément qui ne se choisit pas au hasard !

Vous ne pouvez pas voir ce qui se passe sous la surface de l’eau, vous devez donc vous en remettre à l’observation du comportement de votre flotteur.

La forme de la quille, l’antenne, et la taille du flotteur doivent être judicieusement choisies en fonction des conditions de pêche rencontrées.

PNG - 151.4 ko
Choix du flotteur
En eau calme vous pouvez utiliser un flotteur très sensible, de forme allongée qui permettra à la ligne de rester en position verticale de manière stable.

Par contre, dés que vous aurez un peu de vent, de courant, ou que vous voudrez pêcher à la passée en rivière, ce type de flotteur se couchera immédiatement à la surface de l’eau et deviendra très vite inefficace.

Dans ce cas, il vous faudra choisir un flotteur en forme de poire ou de boule qui restera beaucoup plus stable sur l’eau.


Les plombées :


PNG - 53.1 ko
Plombs
Pour pêcher au coup, on utilise une ligne sur laquelle sont fixés des plombs qui servent à mettre le flotteur en position verticale et permettent de bien visualiser les touches que font les poissons.

Le positionnement des plombs sur la ligne ne doit pas se faire au hasard si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté.

La plombée permettra de « voir » ce qui se passe sous l’eau elle transmettra toutes les touches que vous pourrez voir.

Il existe trois grandes sortes de plombées différentes :

PNG - 68.4 ko
Plombée étalée
Les plombées étalées qui servent à la pêche des poissons en surface ou entre deux eaux.
PNG - 59.6 ko
Plombée semi-étalée
Les plombées semi-étalées, utilisées dans le cas de pêches classiques ou en rivière en courant lent.
PNG - 101 ko
plombèe groupée ou massive
Les plombées groupées qui sont utilisées lors de pêches sur le fond ou en rivière en courant rapide.

Le plomb de touche contribue à faire couler le flotteur lorsqu’un poisson saisit l’appât.

En effet plus il est proche de l’hameçon, plus la perception de la touche est rapide, mais plus le poisson risque de sentir son inertie.

Plus il est éloigné de l’hameçon, plus le poisson engame facilement, mais plus il transmet tard l’information au flotteur.


Les hameçons :


PNG - 4.3 ko
Hameçon droit
Il existe une multitude d’hameçons destinés à la pêche au coup. Les références proposées sont si nombreuses qu’il devient de plus en plus difficile de faire son choix.
PNG - 4.2 ko
Hameçon
Pour choisir un hameçon, il est nécessaire de connaître l’esche que l’on souhaite utiliser comme appât afin de déterminer la taille de notre hameçon, un N° 26 étant très petit et un N°5 assez gros.

Il convient ensuite de se soucier des poissons que l’on rencontrera afin d’ajuster la, grosseur de fer de l’hameçon : de plus en plus fort de fer au fur et à mesure que les beaux poissons sont recherchés.

PNG - 108 ko
Caractéristiques des hameçons
Toutefois il sera difficile d’escher un vers de vase sur hameçon fort de fer sans le percer. Il conviendra donc de trouver le bon rapport résistance / finesse qui permettra de réussir sa pêche.

Le sondage :


PNG - 9 ko
Plomb sonde
Le sondage du poste de pêche fait partie des choses essentielles dans une partie de pêche au coup, si vous voulez mettre toutes les chances de votre coté pour attraper des poissons.
JPEG - 45.9 ko
Sondage profondeur
Cette opération permet de mesurer la profondeur du poste de pêche ce qui permettra de régler au mieux la position du flotteur sur la ligne en fonction du poisson que vous recherchez en priorité.

L’amorce :


L’amorce est en fait un mélange de diverses farines. Vous pouvez y trouver du pain broyé, de la farine de mais, des biscuits broyés et encore une foule d’autres ingrédients. Vous trouverez dans le commerce différentes amorces, toutes destinés à un usage bien précis.

On distingue trois grandes catégories d’amorce :

PNG - 119.8 ko
Amorce de surface
Les amorces de surface, parfois appelés amorce à ablette, vous permettant de pêcher en surface ou entre deux eaux les poissons de surface. Ce sont des amorces moulues trèsf inement et peu gavante pour le poisson.
PNG - 144.8 ko
Amorce de fond
Les amorces de fond, ou amorces à gros poissons, servent à pêcher les poissons qui fouillent le fond pour se nourrir tels que brèmes, tanches ou encore barbeaux.

Pour intéresser prioritairement ces gros poissons, elles sont à grosse granulométrie, de couleurs claires collantes et nourrissantes.

PNG - 134.8 ko
Amorce polyvalente
Les amorces polyvalentes vendues sous différentes appellations (amorce étang, gardons, fritures…) sont majoritairement utilisées car elles permettent de pêcher correctement la plupart du temps et intéressent tous les poissons.

Elles sont de granulométrie moyenne et de couleurs brunes en général.

La préparation de l’amorce :

Lorsque vous aurez choisi votre amorce, il faudra la préparer en la mouillant car les amorces sont vendues sèches et il est impossible de les jeter à l’eau telles qu’elles sont. Quant vous arrivez sur votre poste de pêche, c’est la première chose que vous devez faire car l’amorce doit gonfler avant d’être jetée à l’eau pour mieux attirer le poisson.

Voici comment il faudra procéder :

JPEG - 191 ko
Préparation de l’amorce
Le mouillage de l’amorce s’effectue (dans un seau) en 3 phases. Au début, le mélange très sec se montre avide d’eau que l’on peut ajouter à l’aide d’une bouteille.

Après ce premier ajout et avoir laissé reposer l’amorçe, il convient de compléter l’hydratation avec une éponge.

JPEG - 195.6 ko
Préparation de l’amorce
L’affinage du mouillage se termine à l’aide d’un vaporisateur.

Selon le type et la composition de l’amorce, l’humidification sera plus ou moins importante et plus ou moins précoce.

Il est important de tamiser le mélange après chaque ajout d’eau, qu’elle qu’en soit la quantité. Le tamisage permet de mieux répartir l’humidité et de casser les grumeaux.


Newsletter
Agenda des sorties
Recettes d'eau