Rosis

 

Rosis

Sinuant entre crêtes, sommets et vallées de la montagne du Haut Languedoc, dans le département de l’Hérault au Sud de la France, les limites de la commune de Rosis englobent un vaste territoire dont tous les montagnards héraultais sont fiers.

Du mythique plateau du Caroux jusqu’à la mairie située dans la haute vallée de la Mare à Andabre, l’église Sainte Marie de Douch, le hameau d’Héric, la sauvage vallée du Vialais, le Plo des Brus, les ondulations de la montagne de Rosis, les rives escarpées des ruisseaux d’Arles et du Casselouvre, le moulin de La Fage, une kirielle de hameaux, etc... le pays de Rosis est splendeurs. Ce qu’approuve l’emblématique mouflon.

Ensemble, observons le dynamisme d’une population et de ses élus, réjouissons-nous d’une vie communale dense et inventive, participons à l’existence multifaces du pays en tournant les pages du site Internet de la mairie de Rosis.

Une invitation à aimer et à sourire, au cœur de la montagne du Haut Languedoc dans l’Hérault, au Sud d’une France touristique et accueillante.

L’actuel territoire de Rosis est le résultat de plusieurs remaniements des limites.

Sous l’ancien régime, l’essentiel de la commune dépendait du diocèse de Castres.

La paroisse de Notre-Dame de Douch dépendait de la communauté de Taussac, mais servait de paroisse à une importante partie de la population de Rosis.

Cette paroisse dépendait du diocèse de Béziers. La commune de Rosis a été constituée en 1830 à partir de la commune disparue de Saint-Gervais-Terre (ou Saint-Gervais-Terre-Foraine), qui avait été elle-même constituée à partir de l’ancienne communauté de St-Gervais-Terre.

Une partie des terres ont été rattachées aux communes de Castanet-le-Haut, Saint-Gervais-sur-Mare, Saint-Geniès-de-Varensal. Enfin Douch et quelques hameaux comme Madale, Héric, etc ont été détachés de Taussac-la-Billière pour être rattachés à Rosis.

En raison de sa géographie montagneuse, la commune possédait une mairie à Andabre et une mairie annexe à Rosis. Des registres d’état-civil étaient tenus dans chacune de ces mairies, malgré le petit nombre des actes enregistrés.

Dans le hameau de Douch eut lieu, le 10 septembre 1943, un des premiers combats importants de la Résistance (mentionné par le Général de Gaulle).

Il opposa un groupe de 47 maquisards dirigés par Christian de

Roquemaurel à une colonne allemande forte de 200 hommes.

Les maquisards se replièrent non sans avoir imposé de fortes pertes à l’ennemi.


Newsletter
Agenda des sorties
Recettes d'eau